Nouveau vélo (2018)

28 avril 2018

En vue de notre périple suisse de 540km en 4 jours (avec 7600m de montée), je me suis payé un nouveau vélo : un Treck FX 3 (V-brake, pneu de 32, 11.2kg, 3×9 vitesses). Ma balance a affiché 11,4kg (mais elle n’est pas super précise).

Je me suis rapidement acheté les équipements minimum, et j’en ai profité pour tout peser. Et c’est plus compliqué qu’on ne croit. Peser l’article tel que livré (avec emballage) et on pèse des vis et visseries qu’on n’utilisera pas (en plus de l’emballage qui est en général négligeable). Peser « juste le porte-bagage » et on oublie la visserie qui n’est pas négligeable. Le pire, c’est que je me suis apperçu après coup qu’il fallait enlever le ressort « mainteneur » du PB ce qui m’a enlever 100g (sur 740g, non négliegeable)

Donc j’en suis à :

  • PB arrière : 640g (visserie incluses)
  • PB avant ~500g : 430g (pb) + 77g (visserie et fixation…. quelques vis en trop)
  • les gardes-boue : 526g avec toute la visserie, dont j’ai utilisé la majeur partie mais pas toute.

je devrais donc avoir un vélo de 13kg, mais ma pèse-personne m’a été volé dans le couloir de la cave (je l’y ai oublié pendant qques heures…) . J’ai fait une affiche pour la réclamer, on verra bien

.

Poids (g) description
13150 Vélo + GB + PB + lumière AR (70g) + porte-antivol
128 cales pieds
38 compteur vitesse
400 2 nouvelles poignées avec cornes
-144 2 x anciennes poignées
-160 ancienne potence
200 nouvelle potence
30 porte bidon
-10 reflecteur pédales (remplacées par cales pieds)
13632 total

Ajout le 25 mai 2018: Le guidon du FX3 est un spécial avec « IsoZone ». A droite, la photo de cette « zone », et également l’adapteur que j’ai fabriqué pour pouvoir fixer les poignées-cornes. Il existe évidemment une version officielle du constructeur, mais il faut l’acheter avec leur cornes à eux… L’adaptateur est le résultat de 3 essais de haute technologies :

  • une forme imprimée en 3D en ABS (le plastique des LEGO)
  • rempli avec de l’epoxy pour réparation de surf. Colle à 2 composants, qui est bien dure une fois séchée :). Et normalement, elle est parfaitement transparente, mais visiblement l’ABS réagit avec l’epoxy, et donne du bleu foncé !
  • ah, et j’ai du couper le gel (ou plastique mou) blanc IsoZone pour pouvoir mettre mon adaptateur

On voit sur les photos que même avec l’adapteur, le guidon Isozone est 40g plus léger (320 contre 360g) qu’un autre guidon très semblable à peine plus long (moins de 10%, ~4cm sur 70cm). Mais c’est vrai qu’en le coupant, je pouvais économiser du poids et le travail d’adaptation.

Toujours est-il que même en mesurant bien, mon adapteur était encore un poil trop petit, puisque je n’arrivais pas à serrer la corne. J’ai donc rajouté un fin tissage de fibre de verre (aussi dans le kit de réparation de surf) et de l’epoxy autour de l’adapteur, pour en augmenter le diamètre. La corne est alors parfaitement bien fixée.

ah, et j’ai repesé avec une balance à main (pour peser des bagages normalement), et j’ai même trouvé moins de 13,6kg.

Hérisson

21 avril 2018

Un lundi soir, pendant que je lisais « le Monde » sur mon ordi, j’entends un truc gratter à la fenêtre. Je pense tout de suite à un hérisson, et j’ouvre donc la porte-fenêtre pour voir, et il est en effet là : il n’a même pas trop peur, on voit bien sa tête.

Le lendemain matin, Nadine me dit aussi qu’elle entends des bruits sur la terrasse, je lui dit que c’est sûrement le hérisson. la photo de jour est plus joli…. mais sa tête est cachée par un petit balais 🙁

On le montre aux enfants, et on décide de le remettre dans la nature le soir même. La terrasse est en effet un piège pour le hérisson qui n’arrive visiblement pas à sortir. En attendant le soir, j’ai rempli les soucoupe-à-pot-de-fleur d’eau pour qu’il ne se dé-sèche pas. Léona l’a vu boire, mais il n’a pas beaucoup bu, parait-il.

La remise en liberté le soir a été un bon événement. Je l’ai pris avec des gants de jardinage. Il s’est totalement recroquevillé (on voyant même pas sa tête, que ses piquants). Une fois déposé dans l’herbe, il est rapidement aller en directions des voisins et de la route (tranquille).

On lui souhaite une longue vie 🙂

Les Triathlons des Bottaro de Munich

22 novembre 2017

Depuis 2 semaines (et surement ce dimanche encore) nous faisons des « triathlons ». Celà consiste à parti à vélo (tous attachés!) et aller à la patinoire. Les enfants adorent.

Puis une pause « cantine » et enfin piscine… sinon, ce ne serais pas un triathlon.

Le premier a eu la particularité de se finir sous la grêle, lors d’une violent bourrasque. Léona qui était sur le siège-arrière a dit « ouah, le vent est tellement fort que les cailloux volent! ». J’étais content de mon attelage, parce que j’imagine qu’Emil sur ton vélo tout seul ne serais pas rester debout lors de cette bourrasque . J’ai vraiment senti que j’allais à peu près droit tout en étant penché de 10 à 20°C vers la droite (d’où venait le vent).

Léona se débrouille très bien en patin à glace. Emil a plus de mal, mais ça vient.

mes sorties surf en rivière

31 octobre 2017

en Septembre, je me suis remis à faire du surf. La vidéo postée dans ce dernier billet était ma 3ième sortie (le 30 septembre)

J’avais déjà essayé le surf de nuit : un gentil surfeur avait mis 2 projecteurs vraisemblablement équipé de batterie (j’ai pas vu de fil) : on y voyait comme en plein jour.

J’ai déjà réparer mon surf. Ce qui est marrant, c’est que le kit pour « petite réparation » était d’une marque munichoise…. comme quoi, Munich, c’est vraiment une capitale du surf! La réparation avec epoxy et fibre de verre n’est pas aussi difficile à réaliser que je le craignais. et l’époxy de sent rien du tout !

en Octobre , j’en ai refais 5 fois. dont :

  • Samedi 28 octobre: mis la combi en moins de 5min grâce à l’aide de Nadine (pourquoi la fermeture éclaire est elle dans le dos ?), je suis revenu vers 19h, il faisait nuit. J’avais bien froid au main, il faisait environ 10°C. j’ai pu vérifier qu’il n’y a PAS tous les soirs des projecteurs pour éclairer la vague. J’ai donc surfé dans une pénombre lointainement éclairé par le lampadaire de la rue. L’impression de ne pas savoir où on est, c’est assez marrant sur la vague.
    • Première fois que je démarre de l’autre coté : c’est pas facile, la vague est plus petite à l’autre bord, et je vois rien dans mon dos.
  • Mardi 31 octobre (férié pour les 500ans de Luther): j’y suis allé le matin, vers 9h. D’après les relevés météo, il a faisait 3°C à 9h et 7 à 11h. J’ai eu un peu froid sur le vélo à l’aller (c’était la première fois, la combi est assez chaude quand elle est sèche). Je me suis demandé si j’allais aller dans l’eau… mais bon, une fois à la vague, on ne résiste pas. Et j’ai bien fait, puisque j’avais moins froid mouillé ! (y’a moins de vent dans la forêt). Avant 11h, je me suis quand même dit qu’il ne fallait pas trainer. je commençait à avoir mal au main à cause du froid. D’habitude, une fois sur le vélo, tout va mieux… mais là, avec le vent sur mes « mauvais » gant néoprène, j’ai eu les droits durci par le froid. Note Pour Plus Tard : penser à prendre mes gants de vélo pour le retour. Y’avais « le père de Yves » (un français qu’on aime pas trop) qui était là: il a retiré ses gants en disant « j’ai trop chaud! »
    • abimé mon surf en voulant démarrer de l’autre coté
    • je commence à me dire que je « comprends » ce que je fais sur la vague.

Jeudi 17 Novembre:

De nuit, à 19H20, il y avait 2 surfeurs, chacun ayant ramené son projecteur de 30W. Quand l’un part en laissant sa lampe, je me demande si le 2nd va rester encore longtemps. Vers 20H arrive un nouveau surfeur, avec son projecteur de 50W: on y voyait très bien. La vague était plus grosse que d’habitude. je me suis pris une fois la planche dans le nez. Il faisait moins de 1° (d’après la météo) mais avec mes nouveaux gant 6mm, ça allait… sauf sur le vélo du retour. Donc faut vraiment suivre la « Note Pour Plus Tard » précédente : prendre des gants de vélo.
Sinon, de nuit, c’est quand même moins facile. Mais en faisant des demi-tours plus sec, c’était bizarrement bien plus facile et je restais à mi-hauteur de la vague. (mais je peux pas dire que j’ai bien compris la vague…)

Ajout 24 Avril 2018: Il me semble que j’ai fais une sortie avec les gants de vélo pour le retour, et que c’était agréable.

Première sortie surf de l’année 24/04. Je m’étais dis que les gens feraient comme moi, attendrais les beaux jours pour s’y remettre, mais visiblement, j’ai beaucoup attendu. Y’avais du monde, alors que j’ai commencé après la tombé du jour (~20h15) vers 20h30. Les spots commençaient à s’installer. A 21h, 5 spots éclairaient la vague, c’était comme en plein jour. et y’avais du monde, plus de 15 personnes. Toute la soirée, j’ai vu que je ratio spot/surfeurs tournait autour de 1/3. A 18°C, pas besoin de gant supplémentaire. J’avais trop chaud à l’aller sur le vélo. Seule « note pour plus tard » : penser à une lampe de vélo pour le retour. Je commence à comprendre la vague. Et oui, faut faire des virages plus serrés!

Capture d’écran

25 octobre 2017

on a toujours besoin d’un captureur d’écran…

et celui intégré dans windows 7 (Snipping Tool) est suffisant pour faire une capture, mais pour aller plus vite, il y a pas mal de freeware bien pratique.

J’ai longtemps utilisé « screenpresso » qui est très complet, et même lourd… mais dont la pub/mise à jour est énervante.

Je viens de découvrir « greenshot »  qui est paramétrable à souhait:

  • les raccourcis clavier,
  • la destination de la capture d’écran : vers le presse-papier, vers le petit éditeur intégrer, vers paint, vers l’imprimante…. et même « plusieurs à la fois ». C’est exactement ce que je cherche : dans le presse-papier (pour rapidement le coller dans un mail ou un word) et en même temps dans l’éditeur (pour le voir et pouvoir rajouter un flèche pour pointer le détail intéressant)

 

pas essayer : le tinytake.com n’est pas si petit que son nom l’indique . Il nécessite (d’après leur site officiel) 4Go de RAM !