Archive for the ‘vélo’ Category

3 ans moins 3 jours : Léona fait du vélo toute seule

samedi 1 mars 2014
Léona fait du vélo toute seule avant ses 3 ans :)

Léona fait du vélo toute seule avant ses 3 ans 🙂

Ce matin, Léona a dit qu’elle voulait un GRAAANNND vélo, avec des pédales. évidemment, elle avait oublié que je lui avais offert un vélo à sa taille l’été dernier. Pourtant, je lui en reparle de temps en temps, histoire de la pousser à s’y mettre. Faut également dire que sa draisienne est très pratique et qu’elle va bien vite avec.

Bref, on est allé sur un terrain de foot/basket goudronné, et j’ai d’abord poussé le vélo de Léona à l’aide d’une tige-poignée bricolée pour pouvoir pousser et tenir Léona sans se casser le dos. Le bricolage a rendu l’âme au bout de 2 ou 3 tours de piste. En poussant Léona « à l’ancienne », je me suis apperçut qu’elle allait plus vite que moi et qu’elle n’avait plus vraiment besoin qu’on la tienne en équilibre. C’était parti pour un tour complet.
2 ou 3 essais supplémentaires ont été nécessaire pour apprendre l’arrêt en douceur (rendu difficile par le réglage un peu haut de la selle).

Bon, elle ne démarre toujours pas toute seule. pour la prochaine fois peut-être. La draisienne reste plus pratique et même plus rapide. Mais elle se fatigue visiblement moins sur le vélo.

Je remarque que le plus dur, ce n’est pas forcément de motiver Léona après chaque chute (encore que si elle n’a pas ré-essayé depuis 6 mois, je crois que c’est parce que la première chute l’a un peu traumatisée). Le plus dur, c’était qu’elle se concentre. Elle a passé 30 min à regarder une « grande » fille apprendre le roller. D’ailleurs, elle arrête pas de réclamer des roller !

Décidément, pour le vélo … ce qui est dangereux c’est de ne pas en faire !

jeudi 14 mars 2013

benefices-risquesUne excellente étude sur le vélo faites par des organismes officiels ( Observatoire de Santé Régional, sécurité routière, INSEE, etc) est passé malheureusement inaperçu.

J’en livre ici le graphique le plus convaincant, en vous donnant le résumé de son interprétation.
En vert foncé, les morts évités par la pratique du vélo (les scénarios sont « plus grande proportion de cycliste dans le transport » mais à distance parcourue à vélo égale à maintenant (4km/cycliste.jour) )
En rouge, les morts « ajoutés » par la même augmentation de vélo selon chaque scénario.

Ce qui frappe en 1er, c’est le rapport entre les deux : le vélo est 20 fois plus bénéfiques (sport => santé => moins de maladies/mortalité) qu’il est nuisibles. (19, 24 ou 27 fois selon les scénarios)
Ce qui frappe en 2ième, c’est quelle est la cause de la mortalité des cyclistes. Je parie que vous pensez « bah, l’écrasement par une voiture, pardis! » et ben « pas du tout!!! ». C’est la respiration de la pollution !!! et encore, pas toute la pollution (c’est plus loin dans l’étude), juste le PM2.5 (les particules fines, genre diesel). Bref, si vous mettez un filtre devant votre bouche, le rapport « bénéfice/risque » est quasi-infini !!! car les accidents sont totalement négligeables dans les risques!

Enfin, on retrouve des règles évidentes : plus il y a de vélo, moins il y a de risque (scénario 3 = 20% de vélo = 27x plus de bénéfice que de risque, au lieu d’un rapport 19 pour 4% de cycliste). Mais dans ce graphique, encore une fois, c’est la pollution qui est le risque principal !

Dans le reste de l’étude, il montre que si 40% des cyclistes du scénario 2 sont des automobilistes convertis, alors les accidents de vélo seraient même inférieur en nombre (et plus seulement en pourcentage). Et oui : si le nombre de voiture diminue, le risque diminue. Le nombre de vélo n’est pas du tout le critère directeur: un doublement de cycliste n’augmente que de 31% les accidents (et donc diminue le risque individuel des cyclistes)

Enfin, le tableau 77 confirme ce que j’avais déjà découvert il y a quelques années : 1 mort/an en moyenne à Paris. C’est peu, non ? de la noyade aux incendies en passant par les chutes dans l’escalier, il y a aucune autre activité/risque qui fait si peu de mort !

J’imagine qu’il y en a parmi vous qui pense « encore une étude réalisé au pif par une association de fanatique ». Pas du tout, aucune association indépendante n’est liée à cette étude: regardez les sources en bas du graphique, que du sérieux (INSEE, Sécurité routière, Inserm, AirParif…).
Les résultats ne sont pas non plus exagéré (lire l’astérisque sur le « scénario conservateur ») et mes remarques ci-dessous.

J’ose tout de même critiqué l’étude ! Dans le long rapport, ils donnent des mesures contradictoires des niveaux de pollution mesuré dans les voitures et à vélo. Pour une mesure « Airparif », on a de 30 à 50 *103particules/cm3 pour le vélo et de 55 à 91 (même unité) pour la voiture. Malheureusement, d’autres mesures ont montré des proportions inverses (donc plus pour le vélo que pour la voiture), et c’est celle là qu’ils ont retenu (le fameux « scénario conservateur » surement.)

Pour tous les autres polluants, le vélo est plus sain d’un facteur 2 (mieux ventilé, pas d’effet d’accumulation) ça veux dire moins de NO2, Benzène, Toluèen, Formaldéhyde que la voiture et quasi équivalent à la marche à pied. Le métro parait être un piège à particules mauvaise pour la santé ! (mais là encore, équivalent au vélo pour les gaz) (c’est le tableau 74 du rapport complet)

Dans le reste du texte, ils disent plusieurs fois « Sur cet aspect, l’étude montre que les automobilistes sont exposés aux plus forts taux de polluants. Les cyclistes sont légèrement plus exposés que les piétons. » (p152)

Bref, en lisant les détails, on voit que l’étude est réellement pessimiste (pour le vélo), et que les ratios bénéfices/risques sont sûrement bien plus grands !

Ma conclusion perso : A la « vélorution », un slogan est « la voiture, ça pue, ça tue, ça pollue ». Ils ont évidemment raison, mais c’est d’abord la pollution qui tue et ensuite le parre-choc ! Beaucoup d’amis cyclistes modérés  me trouve agressif envers les voitures. Mais comment ne pas l’être ! C’est mon unique source de risque. (je ne bois pas, je ne fume pas…)

Que pensez-vous des porteurs d’armes dans votre quartiers? des kalachnikovs ? vous les trouvez dangereuses ? vous avez tort, elles tuent bien moins que les voitures !

Mes pneus et mes emmerdes et la résilience

dimanche 23 décembre 2012

20121223-chambre-a-air_explosee_resizeY’a environ un mois, j’ai creuvé mon pneu arrière. Après avoir suspecté un sabotage, je me suis rendu compte que l’usure de mon pneu « increvable » était une explication bien plus plausible.

J’ai donc commandé de nouveaux pneus, surtout que la saison neigeuse arrive à Munich, et j’en ai profité pour acheté des pneus « neiges » (mais sans clous).
Au final, j’ai acheté 3 pneus: 2 « increvables » d’été, et un pneu à gros crampon « neige ». Et j’ai pas été radin, je me suis aussi acheté une nouvelle pompe à pied (je n’étais pas convaincu par mon actuelle) et une à main (que je ballade tous les jours dans le sac) parce que mon actuelle pompe à moitié (seulement quand je tire, pas quand je pousse: une valve doit être fuyante)

Comme j’avais eu du mal à réparer mon pneu, j’ai décidé que ma nouvelle politique serait de changer la chambre à air, plutôt que d’essayer d’y coller une rustine. et hop, 2 chambre à air de plus dans le panier.

Aujourd’hui, j’ai décidé de changer mes freins puisque j’entendais un contact « métal-métal » quand je freinais (et après vérification, c’était bien le cas)
Mais en même temps, je m’apperçoit que j’ai encore creuvé. Ma commande n’est toujours pas arrivé (elle est bloqué depuis 2-3 semaines au centre de tri, d’après le service de suivi de DHL). Je dois donc réparer ma chambre à air, plutot que de la changer (ben ouais, plus de rechange).
En essayant, je m’aperçoit (au bout de (-10min) que ma pompe à pied fuis à la base : hop, poubelle.
Je passe à la pompe à main. La chambre à air ne se gonfle pas. Je vérifie la pompe, elle fonctionne comme attendu : qu’à moitié. Je ré-essaie 3 ou 4 fois, je me demande si je ne vais pas devenir fou, rien à faire. Je vérifie alors la chambre à air: éclatée ! et pourtant, j’était arrivé sans problème à l’appart, pourquoi elle éclaterais en mon absence ? (sabotage ?)

Résumons : mon pneu est trop vieux, mais mes nouveaux pneus sont bloqué par la poste. Ma chambre à air est explosée, mais les nouvelles sont dans le même paquet. Pareil pour les pompes.

Je souris en coin quand les collègues me raconte leur panne de voiture (qui coûtent en générale 10 fois plus cher à réparer) qui s’allonge, je souris encore pendant les grèves de transport en commun. Mais là, j’ai l’impression de voir l’effet boomerang.
Enfin, juste à première vue : j’ai juste sorti le vélo de rechange 🙂 Bah oui, un vélo coutant approximativement une année d’assurance d’une voiture ou d’abonnement de métro, le cycliste que je suis peut en avoir en réserve « prêts à l’emploi ». Le vélo restera toujours le transport le plus résilient.

 

Les vélos de Léona

mardi 24 juillet 2012


Léona fait plein de progrès, et voici les plus photogéniques:

à gauche : la course de tricycle (Léona) et « Bobby-car » (moi). On voit que Léona arrive à viser juste entre les rangements de vélos.

à droite: Bricolage Thierry pour abaisser à la taille de Léona la draisienne pour enfant. Beaucoup me disait « elle à pas 1,5 ans, pas la peine d’essayer! ». C’est sûr que ce n’est pas les constructeurs qui poussent : y’en a pas à sa taille. J’ai donc bricolé.

les 1er pas de Léona avec un draisienne

encore un changement de transmission

mercredi 21 mars 2012

C’est maintenant devenu une tradition : je change toute ma transmission (pédalier, chaine et pignons) chaque printemps.

Un collègue m’avait dit qu’il faisait ainsi de manière volontaire, car même si sa chaine pouvait tenir plus longtemps, au 2ième hiver, il était sûr que sa chaine allait sauter.

Moi, c’est pire, ma chaine sautait déjà bien : je ne pouvais plus monter une vraie côte (j’ai poussé mon vélo plusieurs fois sur le dernier Wolfratshausen-Bad Tölz )

Bon, j’avais déjà changé mon pédalier à cause d’un problème avec la pédale.

Enfin bon, à la fin, je maitrise la chose, et j’ai pu changer environ 2H le tout. J’en ai profité pour remettre ma route d’été (pneu lisse au lieu du pneu à clou) et autres petits réglages et huilage. Je me suis aperçu que les petites roues du dérailleurs avait quadruplé de poids avec la « boue noire » qui s’y était collée.

Ah, et puis j’ai utiliser des gants de cuisine pour ne pas me salir les mains.

Peut-être que je n’achète pas assez bonne qualité, mais après tout, ça tient tout de même 6000km (ma moyenne par an), ce qui n’est pas si mal pour un vélo qui voit du sel 2 ou 3 mois dans l’année, et qui dort toutes les nuits dehors.

Et le fait de changer régulièrement fait que je met moins de temps à changer : les vis ne sont pas rouillées, je ne perd pas l’habitude 🙂

détail financier :

  • pédalier  : 26€
  • chaine : 10€
  • pignons 7€ (enfin, je crois que je vais passer à la « qualité » 14€)
  • et le roulement de pédalier que je n’ai pas changé : 11€

moins cher qu’un mois d’abonnement au métro Munichois !