Archive for juillet 2018

Zurich-Sexten en 4 jours

mardi 10 juillet 2018

C’est plutot 3,5 jours, puisque ça commence par un train partant tôt de Munich et arrivant à Zurich à midi.
Papa avait parfaitement bien fixé le RDV à la fontaine devant la gare, avec photo Streetview. Je le trouve sans problème. Comme si on n’avait pas de téléphone mobile 🙂

Cet après-midi, de Zurich à la montagne d’avant Andermatt, il a plu, mais pas trop. Si bien que j’ai enlevé le manteau qui était trop chaud, et j’ai pu sécher sur mon vélo. Il y avait des travaux avant la côte, c’était pas clair si les vélos étaient autorisés dans le tunnel, on y est quand même allé, sans problème. On s’est retrouvé vers 20h dans la montée, mon 111ième km (plutôt 200 pour papa qui avait pédalé le matin) et plus de 1600m de montée. On avait l’ambition de passer de l’autre coté avant de dormir, mais en voyant les 10 épingles à cheveux qui montait devant nous, on a préféré dormir avant le col, pas trop haut. C’était humide, brumeux, vallée encaissée où on entendait bien le ruisseau en bas, mais en s’éloignant, ça allait. J’ai trouvé un chemin à peu près vert derrière un chantier, on a planté des bâtons pour tenir le toit (Technique breveté Papeton 😉 ). On était à 1200m d’altitude. Il ne faisait pas chaud, mais pas trop froid non plus. C’était humide, mais pas vraiment mouillé. Une bonne nuit.

Le premier jour « plein », on commence de bonne heure (levé vers 7h, départ 8h de mémoire). Je pensais que papa allait me stresser pour ranger/plier vite… mais non. Et là, on se tape un bonne montée jusqu’à Andermatt, et une belle grosse pour le col de l’Oberalp qui culmine à 2044m. En montant vers le col de l’Albula, on voit qu’on arrivera trop tard pour passer de l’autre coté, on bivouac au bord de la route, à 1800m d’altitude. On s’arrête vers 20h; « un peu tôt » pour papa. Juste 12h après le départ, si c’était un temps de travail, ça serait illégal!

Le 3ième jour (et 2ième jour plein), a été le plus long. On commence donc par « finir » les 500m de dénivelé pour atteindre le col de l’Albula. Dans la descente, je fais une pointe à au moins 77km/h (mon compteur n’a pas la mémoire de la vitesse max, j’ai donc du regarder mon compteur, et potentiellement manqué le 80km/h). Je trouve très frustrant d’avoir à freiner à fond à chaque épingle à cheveux : quelle énergie perdue. Papa, lui, dit qu’il aimerais que ça dure plus longtemps, pour profiter du paysage (ce que j’avoue ne pas faire du tout!). On est ensuite monté jusqu’au col de l’Ofen (Fuorn en romanche, Forno en italien, 2149m), et fait l’étape la plus longue du périple, avec 180km et moins de 2000m. Papa était très remonté contre la magnifique piste cyclable qui nous a fait faire un beau détour (en gros, ça a doublé les derniers 20km). On est tout de même arrivé trop tôt selon papa (20h encore une fois), on ne voulait pas trop se rapprocher de Bozen (Bolzano). On a fini dans les champs de pomme, qui couvre toute la vallée, et qui sont souvent irrigué par arrosage automatique. On a donc monté le « toit », même si il n’y avait pas trop de risque de pluie, et qu’il faisait bien chaud. Il a été totalement trempé par la rosée.

Le dernier jour devait être « plus cool », avec seulement 120km et arrivée vers 14h. Sauf qu’après avoir été menacé (voire poussé!) par un camion (qui m’a serré sur le bas coté en klaxonnant) , j’ai insisté pour prendre les pistes cyclables. On est arrivé plutôt vers 20h, et on a fait facilement 160km. Et on a même pas penser à envoyer un SMS à Maman qui nous attendait à l’hôtel. Papa était prêt à craquer face à cause de ces pistes cyclables qui tournent tout le temps, ne sont pas toujours goudronnées, rallonge (parfois d’un facteur 3) le nombre de km (et surement plus pour le dénivelé). Mais moi, après le méchant camion et un tunnel interdit aux voitures, je m’en foutais d’arriver en retard. Et pour les jambes, j’étais en pleine forme (mais pas les fesses!)

Les détails: voici les prévisions de trajet par papa, et les localisation « google.maps » de nos bivouac. C’est marrant, mais même un mois après, on s’en rappelle tellement bien qu’on peut facilement le retrouver sur maps/streetview.

  • 1er jour : https://www.bikemap.net/fr/r/4340004/  (je me souviens que mon compteur affichait 111km. ), campement là.
  • 2ième jour: https://www.bikemap.net/fr/r/4340162/  c’est ce qu’on aurait dû faire (on avait prévu que si on arrivait trop tard, on resterais avant le col de l’Albula), on a fait 150km et 3200m de montée. On a dormi près de ce sapin.
  • 3ième jour : https://www.bikemap.net/fr/r/4340163/ (faut rajouter la fin du parcours précédent) là, je suis moins sûr de ma localisation du bivouac. (mais ça correspond au souvenir « orientation des sillons de paumier, entre autoroute et chemin de fer »)
  • 4ième jour: https://www.bikemap.net/fr/r/4340173/ là, le trajet est faux, puisqu’on a pris vers la fin plein de pistes cyclables, en plus de celle où on s’est trompé en sortant de Bozen. (adresse : hotel St-Veit, Sexten. Je l’ai aussi retrouvé par maps, mais bon, heureusement que Sexten est petit)