Le vélo, c’est moins dangereux que la voiture, quand on est jeune.

C’est un sujet qui revient souvent, et si vous n’avez pas été convaincu par mon article « Décidément, pour le vélo … ce qui est dangereux c’est de ne pas en faire ! » (en 2013, déjà!), je me permet d’en remettre une couche avec ce joli graphique, publié dans PLOS ONE (un revue à comité de lecture par des paires) :

L’unité des ordonnées « F/MHU » signifie « Morts(Fatality) par Million d’Heure d’Utilisation ».

  • On voit qu’à 20 ans, conduire une voiture est 3 fois plus dangereux que de conduire un vélo (c’est par million d’heures et c’est un facteur 5 pour le hommes dans un autre graphique de la même publication)
  • En dessous de 30 ans, c’est le même risque en Angleterre, mais le vélo est toujours 2 fois moins dangereux que la voiture aux pays-bas (toujours par heure de trajet)
  • ensuite, ça se dégrade pour le vélo (mais reste très faible, et totalement négligeable par rapport au facteur 30 précédent)
  • Bon, après 70ans, il faudrait s’arrêter de faire du vélo sauf si on veut mourir « en bonne santé mais peut-être plus rapidement ». Il me semble que c’est la volonté de beaucoup de gens, c’est en tout cas la mienne
  • on remarque que le graphique pays bas donne une moyenne sur tous les âges quasi-équivalente (et très basse) pour vélo et voiture.

Bref, si quelqu’un de votre entourage vous dit « prendre le vélo, c’est tout de même plus dangereux que la voiture », vous pouvez répondre que non, ça dépend de l’âge (et du pays où vous êtes) .

Mais surtout, rappelez-lui le graphique de mon article précédent sur le sujet : c’est surtout bon pour la santé, avec un facteur pouvant atteindre 30!

Il y a quantité d’article qui montrent que les trajets en villes sont aussi rapides à vélo qu’en voiture. (cet article québequois donne des mesures des trajets de 38min « sans avoir à garer la voiture », contre 39min pour le cycliste. Et même sans le parking, 1/4 des cyclistes étaient arrivés avant la voiture). Bref, le risque « par heure » est proche du risque « par km ».

Le graphique ci-dessus est issue de cette publication :  par Jennifer S. Mindell , Deborah Leslie, Malcolm Wardlaw en 2012 (donc j’aurais pu l’intégrer à mon précédent article)

Laisser un commentaire