Fasching à Munich

weisswurst mit susersenftLe mardi gras, à Munich, c’est Fasching (= carnaval ). Les collègues m’avaient dit qu’on irait mangé une weisswurst (saucisse blanche) comme petit déjeuné accompagné comme il se doit de bière blanche… j’avais pas compris qu’il fallait en fait prendre un congés pour la journée. Je l’ai donc pris au dernier moment (18H passé, la veille).

Nous nous sommes donc retrouvé dans « l’Ausgustiner » (parait qu’on est pas munichois si on y est jamais allé) en centre-ville. Je passe le quart d’heure perdu parce que les rues changent de noms dans Munich, et j’arrive directement à la « Bier Halle » (la halle à bière) où m’attendent la joyeuse compagnie des collègues. Les saucisse blanches, dont tous les Munichois (re-)connaissent l’origine française, s’accompagne de moutarde « sucrée » (süssersenft, en marron au milieu de l’assiette, que j’ai apprécié, même si j’aime pas la moutarde d’habitude). Les gens m’ont bien fait remarqué qu’on ne buvait pas de jus de pomme normalement, j’ai du prendre un bière pour mon 2ième verre. J’ai eu du mal à finir la ration de 500ml.

Mathias et Thomas, bien déguisé-maquilléEt comme c’est carnaval, il fallait arrivé déguisé. Je l’étais peu (on voit mon bonnet à ponpon sur le porte-manteau), mais Mathias (le gars aux lunnette noir) avait pensé à ramener du maquillage. Bref, à midi, on avait mangé notre « petit-dèj saucisse blanche » et on était déja bien maquillés et pour certain imbibés. Nous sommes sorti vers 13H de ce resto-halle_à_bière, pour enfin aller au coeur de l’action : le Viktualienmarkt. Entre temps, on a traversé tout le centre-ville de Münich y compris Marienplatz, de quoi se faire une bonne idée de la variété des costumes. Y’avais beaucoup d’indiens, de nains (de jardins), une troupe entière de stewart&commandant de bord, roi/reine/princesses, et d’autres plus originaux. J’ai été étonné que le carton de corn-flakes de mon collègue Thomas aie autant de succès (surtout auprès des plus jeunes).

panorama Viktualienmarkt
Et voilà ce que ça peut donner : une foule compacte, barriolée, joyeuse, dançante, souriante mais aussi … bourrée/imbibée, incompréhensible, effrayante, pesante, étouffante. Le panorama n’est pas très bien lissé, parce que la foule est trop changeante. Il aurait fallu que tout le monde s’arrète de bouger pendant 30 sec…

Nous sommes tout de même restés jusqu’à 17H, l’heure à laquelle, la musique est coupée (oui, ça parait incroyable de finir une fête à 17H, mais les allemands sont comme ça, c’est tout). En même temps, ça nous a permis de prendre des nouvelles de Thomas qu’on ne voyait plus après qu’il aie dit « je vais chercher un bière ». Il s’est fait tabasser à coup de chope de bière en pleine figure…. Il n’est pas venu au boulot le lendemain.

Nadine ne m’a rejoint vers 16H30, j’ai du monter au lampadaire pour qu’on se retrouve. Et on s’est fait un resto qu’on révait de faire depuis longtemps sur la Lindwurmstrasse, au niveau de Goetheplatz

Voir les autres photos …

Laisser un commentaire