Archive for the ‘vélo’ Category

Camper en forêt avec les enfants

dimanche 23 juillet 2017

La semaine avait déjà bien été « nature » avec cette apparition tôt le vendredi matin dans la cour : 2 hérissons ont frissonné de peur quand j’ai bougé mon vélo. On ne sais pas comment ils sont rentrés dans la cour… et pas non plus comment ils en sont sorti, mais ils n’étaient plus là le soir. (la trottinette est bien la nôtre).

Le Samedi, on a donc suivi le refrain d’une chanson adorée par Léona « on campe beaucoup trop rarement » (en Allemand: « viel zu selten, gehen wir zelten »).

Nadine a le vélo parfait pour ce genre de petite escapade : il suffit d’y accrocher les sacoches, et hop, le vélo est transformé en « vélo-porte-charge », le tout compatible avec le siège enfant.

Nous ne sommes pas allé loin (la forêt de l’autre coté de l’Isar), mais Léona ayant un plâtre, elle ne peut pas faire du vélo.

On a fait le menu « trappeur » habituelle: patate (pré-cuite), lardon et oignons dans l’aluminum, directement dans le feu. (3ième photo) C’était pas trop mauvais, malgré le tout petit feu qu’on s’était autorisé dans un « seau à barbecue ».

Vu que la mini-clairière que j’avais repéré sur les images satellite était entretenue par des chasseurs (l’herbe était rasée, et y’avais un affût à chasseurs en bordure de prairie), Nadine nous a poussé à planter la tente dans un petit chemin… qui s’est avéré assez passant (on n’était pas à 2km de la limite de la ville). Il y a de tous chez les Allemands. Certains se sont exclamés « super aventure pour enfants », et d’autre « c’est interdit de camper ici »… sans oublier le « le feu dans une forêt l’été, c’est très dangereux » (bon, OK, 7000 hectares sont partis en fumée dans le sud de la France cette semaine là, mais à Munich, l’herbe était verte).

J’avais laissé un aluminium plein de patate-lardon dans le seau à barbecue… et le lendemain, il était parti (alu compris).

La nuit a été bien pluvieuse. Je suis heureux qu’on ait investit dans cette tente, elle a bien tenue. Les impressions typiques des nuits en forêt étaient au rendez-vous. Surtout le vent qu’on a entendu arriver 5 minutes avant qu’il ne commence à bouger la tente.

Les enfants étaient sur-excités, on a eu du mal à les endormir. J’ai même fait une ballade nocturne à 22h avec Léona.

compteur de vitesse

dimanche 5 avril 2015

Dans un rayon « Tchibo » de notre super marché habituel (genre bout de gondole, rayon qui se renouvelle toutes les semaines avec des offres très variés de n’importe quoi, d’habitude, il y a du linge ou des ustensiles de cuisine), j’ai eu un compteur de vitesse « solaire ». Je me suis dit « cool, une bonne idée pour que la batterie (bah oui, je comptais bien qu’il y aie quand même une batterie, faut pas réver) durera au moins 2 fois plus ». En petit, y’avais écris (en Allemand, puisque j’habite Munich) « transfert de donnée radio ». Dans la précipitation des courses du samedi, je me suis dit « ah, ça doit encore être une option ‘objet connecté’ pour smartphone, totalement inutile, mais bon » et enfin « cool, mon compteur est en panne justement à cause du batterie à plat qui a déjà duré pas mal… c’est l’occasion pour le renouveller » (surtout que j’ai pas beaucoup de temps pour ce genre d’achat). Et à 10€, je ne peux pas me tromper !

Et bah si ! c’était une triple erreur.

D’abord, mauvaise qualité oblige (mini-prix, bon, c’est le premier prix chez Rose également), l’écran était pas lisible. Le rafraichissement est super lent (1 fois toute les 3 ou 5 secondes), et le contraste diminue entre les intervalles, donc il faut attendre 5 secondes pour pouvoir lire une vitesse qui est celle mesurée 5 secondes avant

émetteur_démontéEnsuite, le « par radio », ça veut dire que y’a pas de fil entre « l’ordinateur de bord » et le détecteur d’aimant sur la fourche. Et ça, c’est à proscrire ! (alors qu’une fonction « lisible depuis le smartphone » aurait pû m’intéresser 2 secondes). Le rafraichissement plus lent peut être en partie imputable à ce genre de complexation. mais surtout, il faut 2 batteries : une dans l’émetteur, une dans l’écran. Le panneau solaire (3 mini-cellules) n’est que pour l’écran. Il faut faire attention à la distance entre les 2 : faut bien que l’un soit à la verticale de l’autre, éviter les porte-bagages, etc, etc… Et enfin, il ne démarre pas de lui-même. Même s’il semblait bien capter, l’écran de démarrait pas automatiquement quand je commençait à rouler.
Bref, dès que j’ai eu du temps (il a fallut attendre 2 semaines), j’ai remis le précédent. Pour les 10€, je n’ai gardé que les piles (ça fait tout de même 5€ la pile, c’est cher), et j’ai démonté les bidules, pour la curiosité. On voit bien sur la photo le capteur inductif, qui comporte 2 bobines (notées de manière très originale 😉 L1 et L2) et j’imagine l’antenne en bas, notée « K1 ». ça a l’air d’être un peu bobiné à la main. On voit bien le noyau de ferrite. Pour l’économie, le circuit est simple couche (l’autre coté y’a juste le connecteur de la pile, dont on voit ici les borne « GND » et « YT » (pour le +)

frein V-brake VS hydraulique (Magura)

dimanche 5 avril 2015

En novembre dernier (2014) , je me suis permis de passer à de nouveau type de freins (hydraulique) et de marque (Magura). La raison était double : à force de transporter les enfants sur le vélo ou en remorque, on s’aperçoit que la puissance de freinage est parfois « un peu juste », mais surtout que les freins s’usent vite, qu’il faut les re-régler et même changer souvent les patins. J’avais l’impression que c’était tous les 3 mois. L’impression était peut-être faussée par le fait que je le faisait également pour Nadine…

Les Magura permettent de changer les patins en 5 minutes (théoriquement, mais leur vidéo est très convaincante), et le réglage est à faire une fois pour toute (alors que pour le V-brake, faut re-régler à chaque patin!)

frein après 6 mois d'usureJusqu’à maintenant (Avril 2015), j’étais plutôt ravi. Le freinage devient un plaisir : on peut doser en finesse, y’a pas d’à-coup, y’a la puissance… Le réglage avait été pas trop difficile, et le remplacement se présentait aussi facilement que dans la vidéo. Bon, au bout de 3-4 mois, je sentais déjà le frein faiblir, mais comme les précédents, et j’ai re-réglé (alors que c’était sensé être « réglé une fois pour toute ») en me disant que j’avais fait une erreur de débutant. Je me suis aperçut que la géométrie de ma fourche arrière n’était pas bonne pour ces freins, et il me manquait quelque degré pour bien orienté les freins, et quelques millimètres

J’ai remplacé les patins du frein arrière (que j’utilise visiblement plus que l’avant). En 6 mois, ça me parait raisonnable maintenant (alors qu’avant, tout le monde m’avait convaincu qu’un an était l’espérance normale… mais ça doit être pour les 95% gens qui n’utilisent pas leur vélo, pas mon cas). Le remplacement est un bonheur…. Mais là, je crois qu’il y a eu une légère fuite du fluide hydraulique. La manette est « libre » au début de la course (elle flotte). Pour un truc garanti 5 ans sans fuite, ça me fait mal…

Sur la photo, on voit le comparatif « avant et après 6 mois », mais la photo est mal faite, le frein était bien plus usé qu’il n’y parait là.

Radler dürfen auf die strasse (§ 2, Abs. 4, Satz 3 StVO)

lundi 13 octobre 2014
Zeichen 241 : Getrennter Rad- und Gehweg

Zeichen 241 : Getrennter Rad- und Gehweg

Zeichen 237 : Radweg

Zeichen 237 : Radweg

Zeichnen 240 : Gemeinsamer Geh- und Radweg

Zeichnen 240 : Gemeinsamer Geh- und Radweg

Hier die ganz StrassenVerkehrsOrdnung § 2, Abs. 4 :
« Mit Fahrrädern muss einzeln hintereinander gefahren werden; nebeneinander darf nur gefahren werden, wenn dadurch der Verkehr nicht behindert wird. Eine Pflicht, Radwege in der jeweiligen Fahrtrichtung zu benutzen, besteht NUR, wenn dies durch Zeichen 237Zeichen 237 : Radweg, 240Zeichen 241 : Getrennter Rad- und Gehweg oder 241Zeichnen 240 : Gemeinsamer Geh- und Radweg angeordnet ist. Rechte Radwege ohne die Zeichen 237, 240 oder 241 dürfen benutzt werden. Linke Radwege ohne die Zeichen 237 Zeichen 237 : Radweg, 240 Zeichen 241 : Getrennter Rad- und Gehweg oder 241 Zeichnen 240 : Gemeinsamer Geh- und Radweg dürfen nur benutzt werden, wenn dies durch das allein stehende Zusatzzeichen „Radverkehr frei“ angezeigt ist. Wer mit dem Rad fährt, darf ferner rechte Seitenstreifen benutzen, wenn keine Radwege vorhanden sind und zu Fuß Gehende nicht behindert werden. Außerhalb geschlossener Ortschaften darf man mit Mofas Radwege benutzen. »

Ein andere vergessene Artikel in StVO : Straßenverkehrs-Ordnung §30, Abs. 1: « Hupen-verbot »

« Bei der Benutzung von Fahrzeugen sind unnötiger Lärm und vermeidbare Abgasbelästigungen verboten. Es ist insbesondere verboten, Fahrzeugmotoren unnötig laufen zu lassen und Fahrzeugtüren übermäßig laut zu schließen. Unnützes Hin- und Herfahren ist innerhalb geschlossener Ortschaften verboten, wenn Andere dadurch belästigt werden. »

Ballade à vélo, enfants en remorque

samedi 6 septembre 2014

coin picnic idyllique au bord du WurmOn a testé un concept qui ne fait pas l’unanimité : la ballade à vélo, les enfants dans la remorque. On peut en effet se demander quel est l’intérêt de ces ballades pour les enfants. Nous avions pensé faire de longues pauses repas et jeux, ce qui au final était presque vrai vu qu’on a passer plus de temps sur le vélo. (une pause d’une ou 2 heures pour manger, puis 1H dans un biergarten pour prendre le café)

On a également essayé pour la première fois les vélos et la remorque dans le S-bahn, et tout ça, avec un autre couple avec le même équipement (même modèle de remorque, d’ailleurs). J’avais vraiment essayé d’expliquer que c’était à la limite de la faisabilité, et il s’est avéré qu’il fallait un S-bahn quasi-vide (pendant la fête de la bière, loin des stations du centre, ça va), et qu’on pouvait demander de l’aide aux autres passagers qui étaient bien sympa d’accepter de descendre les vélos. Evidemment, monter par la même porte 4 vélo et 2 remorques, on ne l’a même pas tenté.

La ballade était très bucolique, boisée et fraiche, avec ce ruisseau (le Wurm) et cette fin de septembre d’été pluvieux.
J’ai d’ailleurs jamais vu autant de champignon de toutes sorte, surtout que Léona s’est mise à nous les rapporter tous (on lui a bien lavé les mains après). La deuxième famille de notre groupe ont les même âges d’enfants, et les enfants se connaissent de la crèche. La salade de pattes de Nadine a été très appréciées et complètement englouties)

"Parking" du picnic :) P1020065 P1020066