Camper en forêt avec les enfants

La semaine avait déjà bien été « nature » avec cette apparition tôt le vendredi matin dans la cour : 2 hérissons ont frissonné de peur quand j’ai bougé mon vélo. On ne sais pas comment ils sont rentrés dans la cour… et pas non plus comment ils en sont sorti, mais ils n’étaient plus là le soir. (la trottinette est bien la nôtre).

Le Samedi, on a donc suivi le refrain d’une chanson adorée par Léona « on campe beaucoup trop rarement » (en Allemand: « viel zu selten, gehen wir zelten »).

Nadine a le vélo parfait pour ce genre de petite escapade : il suffit d’y accrocher les sacoches, et hop, le vélo est transformé en « vélo-porte-charge », le tout compatible avec le siège enfant.

Nous ne sommes pas allé loin (la forêt de l’autre coté de l’Isar), mais Léona ayant un plâtre, elle ne peut pas faire du vélo.

On a fait le menu « trappeur » habituelle: patate (pré-cuite), lardon et oignons dans l’aluminum, directement dans le feu. (3ième photo) C’était pas trop mauvais, malgré le tout petit feu qu’on s’était autorisé dans un « seau à barbecue ».

Vu que la mini-clairière que j’avais repéré sur les images satellite était entretenue par des chasseurs (l’herbe était rasée, et y’avais un affût à chasseurs en bordure de prairie), Nadine nous a poussé à planter la tente dans un petit chemin… qui s’est avéré assez passant (on n’était pas à 2km de la limite de la ville). Il y a de tous chez les Allemands. Certains se sont exclamés « super aventure pour enfants », et d’autre « c’est interdit de camper ici »… sans oublier le « le feu dans une forêt l’été, c’est très dangereux » (bon, OK, 7000 hectares sont partis en fumée dans le sud de la France cette semaine là, mais à Munich, l’herbe était verte).

J’avais laissé un aluminium plein de patate-lardon dans le seau à barbecue… et le lendemain, il était parti (alu compris).

La nuit a été bien pluvieuse. Je suis heureux qu’on ait investit dans cette tente, elle a bien tenue. Les impressions typiques des nuits en forêt étaient au rendez-vous. Surtout le vent qu’on a entendu arriver 5 minutes avant qu’il ne commence à bouger la tente.

Les enfants étaient sur-excités, on a eu du mal à les endormir. J’ai même fait une ballade nocturne à 22h avec Léona.

Laisser un commentaire